Axe 1: travail, santé, professionnalisation

Présentation générale

Cet axe étudie les processus psychosociaux impliqués dans la régulation des situations de travail et de vie sociale présentant des enjeux importants (ex. santé, sécurité, inclusion sociale, climat social, productivité) et/ou mettant en jeu la professionnalité des personnes et des groupes en différents contextes (entreprises, administrations publiques, établissements de santé, établissements éducatifs etc.).
Ces situations peuvent aussi bien relever d’une évolution dans le temps des tâches, activités et pratiques (dimension développementale), que de ruptures avec les repères familiers des personnes et des groupes, ou d’atteintes à leur intégrité.

Elles peuvent aussi bien impacter les professionnels (ex. soignants, travailleurs sociaux, agents commerciaux, enseignants, managers) que les personnes destinataires de leur activité (ex. malades, familles, clients, enfants, ouvriers, autres professionnels).
La manière avec laquelle les individus et les collectifs régulent ces situations est alors centrale pour leur devenir. En effet, ces situations peuvent les amener dans une dynamique positive (développement du bien-être, du pouvoir d’agir, du climat social / de sécurité etc.) ou négative (crise, mal-être, échec, conflits sociaux, insécurité).

Situé dans une perspective dynamique (Figure1), l’Axe 1 examine les processus de régulation de ces situations.
Ces processus peuvent aboutir soit au maintien/retour à une situation de référence (A) (familière, préférée, maîtrisée), soit à une situation dégradée (B) ou soit à une situation alternative favorable (C), le tout ayant des effets rétroactifs sur les individus et collectifs.

Schéma des temps de régulations


Une différenciation qualitative

Les travaux de l’Axe différencient qualitativement différentes formes de régulations et les étudient isolément ou simultanément à travers leurs interactions. Notamment, ces régulations peuvent être produites par des processus situés à différents niveaux (ex. intra-individuel, interpersonnel, groupal, institutionnel). Elles peuvent être plus ou moins directement initiées par la personne/le groupe concerné ou par l’action /l’intervention d’un tiers (ex. intervenant professionnel). Par ailleurs, elles peuvent plus ou moins efficacement amener les acteurs dans une dynamique favorable pour eux.


Le travail réalisé dans l’Axe prend ainsi en compte la pluralité des processus impliqués dans ces régulations :

– processus interactionnels, communicationnels et langagiers
– processus représentationnels / symboliques
– processus émotionnels
– processus motivationnels mobilisant et orientant l’action.

Ces processus sont positionnés dans un réseau de variables (ou facteurs) en interaction, référant au contexte, aux perceptions de celui-ci, aux analyses / évaluations et aux conséquences associées (pour plus de détails voir la Figure 2).


L’Axe mobilise des perspectives théoriques, conceptuelles et méthodologiques variées. Cette diversité est nourrie par le recours à des approches épistémologiques différentes (ex. constructiviste et positiviste) et par les différents champs d’étude couverts(travail, santé, éducation notamment) considérés dans leurs dimensions contextuelles (c.à.d. institutionnelles, organisationnelles, socio-économiques, normatives, culturelles). Cet ancrage contextuel inclus une attention aux conduites de changement et à l’analyse des dispositifs qui les accompagnent. De ce fait, les études réalisées présentent des implications pratiques, que cela soit par l‘analyse des phénomènes en vue de fournir des pistes d’intervention pertinentes ou par la co-construction avec les acteurs des conditions pouvant augmenter leur pouvoir d’agir et orienter le réel de leur activité.


Publications

Exemples pour la période 2018-2019

Andela, M., Truchot, D., & Huguenotte, V. (2018). Job demands, emotional dissonance and elderly abuse: The moderating role of organizational resources. Journal of Elder Abuse & Neglect, 30(5), 368-384. https://doi.org/10.1080/08946566.2018.1514343

Andela, M., Truchot, D., & Huguenotte, V. (2018). Work environment and elderly abuse in nursing homes: The mediating role of burnout. Journal of Interpersonal Violence.  Advance online publication. https://doi.org/10.1177/0886260518803606

Andela, M., van der Doef, M. & Lheureux, F. (2019). Transcultural validation of the perceived person-environment fit scale in a French context. Le Travail Humain, 83(4), 271-291. https://doi.org/10.3917/th.824.0271

Auzoult, L., & Ngueutsa, R. (2019). Attitude to safety rules and reflexivity as determinants of safety climate. Journal of Safety Research, 71, 95-102. Doi: https://doi.org/10.1016/j.jsr.2019.09.016

Bournel-Bosson, M., & Grossen, M. (2018). Collaboration under constraints: Family supervision in child welfare. Learning, culture and social interaction, 19, 146-159. https://doi.org/10.1016/j.lcsi.2018.05.005

Bournel-Bosson, M., & Litim, M. (2019). Qualité des débats sur le travail : la confiance en question. Psychologie du Travail et des Organisations, 25(2), 66-74. https://doi.org/10.1016/j.pto.2018.07.002

Bournel-Bosson, M., Boutanquoi, M., & Grossen, M., Rousseau, P., & Stri, F. (2019). La vulnérabilité au prisme d’une situation en protection de l’enfance. Sociétés et jeunesse en difficultés, 23. http://journals.openedition.org/sejed/10038

Boutanquoi, M., Ansel, D., & Bournel-Bosson, M. (2019). Parent–professional interviews in child protection: Comparing viewpoints. Child and Family Social Work, https://doi.org/10.1111/cfs.12722.

Fatou, N. & Kubiszewski, V. (2018). Are perceived school climate dimensions predictive of students’ engagement? Social Psychology of Education, 21 (2), 427-446. https://doi.org/10.1007/s11218-017-9422-x

Genet, M., Lheureux, F., & Truchot, D. (2018). La relation soignant–soigné dans la littérature académique : tendances générales, limites et perspectives futures. Annales Médico-Psychologiques, Revue Psychiatrique, 176(2), 135-144. http://doi.org/10.1016/j.amp.2017.01.022

Hardy-Massard, S., & Gandon, L. (2019) Modification des représentations sociales des métiers d’infirmier et d’animateur socioculturel chez des étudiants grâce à une action de santé publique menée en interdisciplinarité. Pratiques Psychologiques, 25, 79-100. https://doi.org/10.1016/j.prps.2018.06.002 

Kubiszewski, V. (2018). Agir ou ne pas agir ? Réactions des élèves témoins de harcèlement entre pairs et facteurs associés. Enfance, 3(3), 441-453.

Kubiszewski, V., Auzoult, L., Potard, C., & Lheureux, F. (2019). Witnessing school bullying: To react or not to react? An insight into perceived social norms regulating self-predicted defending and passive behaviours. Educational Psychology, 39(9), 1174-1193. https://doi.org/10.1080/01443410.2018.1530735

Lheureux, F., Charlois, C., Auzoult, L. (2018). Not all high-alexithymia individuals are risk-takers: private self-consciousness moderates the relationship between alexithymia and risk-taking behaviours. Journal of Risk Research, 27(1), 899-913. http://doi.org/10.1080/13669877.2016.1264448

Morer, M., Ansel, D., Michelik, F., & Girandola, F. (2018). Sunk cost of local elected representatives in situation of fiscal competition: An example of escalating commitment. Revue Européenne de Psychologie Appliquée / European Review of Applied Psychology, 68(1), 1-4. https://doi.org/10.1016/j.erap.2017.11.003

Moyne, A. Barthod, Y. & Kubiszewski, V. (2018). Stress scolaire des collégiens et des lycéens : effet de l’appréhension de l’orientation et de la pression de la note. Pratiques Psychologiques, 24, 177-194. https://doi.org/10.1016/j.prps.2017.07.001

Pambo, N.J., Truchot, D. & Ansel, D. (2018) Psychometric properties of the Gabonese version of the horizontal and vertical individualism and collectivism scale among employees. International Journal of Culture and Mental Health, 11(4), 351-361. https://doi.org/10.1080/17542863.2017.1389965

Potard, C., Kubiszewski, V., Camus, G., Courtois, R., & Gaymard, S. (2018). Driving under the influence of alcohol and perceived invulnerability among young adults: An extension of the theory of planned behavior. Transportation Research Part F: Traffic Psychology and Behaviour, 55, 38-46.https://doi.org/10.1016/j.trf.2018.02.033

Truchot, D., & Andela, M. (2018). Burnout and hopelessness among farmers: The farmers stressors inventory. Social Psychiatry and Psychiatric Epidemiology, 53(8), 859-867. https://doi.org/10.1007/s00127-018-1528-8


Recherches doctorales

En cours de rédaction.


Collaborations et soutiens financiers

Collaborations nationales, internationales et soutiens financiers / institutionnels

Les projets de recherche de l’Axe impliquent également des partenariats multiples (exemples ci-dessous).

Ils font également l’objet de soutiens financiers / institutionnels diversifiés (exemples) : Ministère de l’Intérieur (Délégation à la Sécurité Routière) ; Ligue Nationale Contre le Cancer ;  Agence Nationale de la Recherche ; Cancéropôle Est ; Maison des Sciences de l’Homme et de l’Environnement (MSHE Ledoux USR 3124) ; Région Bourgogne Franche-Comté ; MGEN ; Fédération de recherche EDUC ; Rectorat de l’académie de Besançon ; Institut national supérieur du professorat et de l’éducation ; Pôle Académique Recherche-Développement Innovation Expérimentation ; EDF Recherche-Développement ; Consortium DIME-SHS

Analyse des croyances qui sous-tendent les comportements de sécurité routière en Iran
Membre de l’axe impliqué : Robert Ngueutsa
Partenaire : Department of Occupational Health and Safety Engineering, School of Public Health, University of Medical Sciences, Zanjan, Iran, représentée par Shirazeh Arghami
Résumé : Cette étude recoure à l’approche phénoménologique pour explorer les croyances liées aux objets contrôlables et/ou non contrôlables susceptibles d’expliquer les comportements des conducteurs professionnels à Zanjan en Iran. L’analyse des contenus de 11 entretiens auprès de conducteurs de taxis révèlent des croyances en des objets que les participants considèrent ayant un pouvoir de diminution de stress, de stimulation de la confiance en soi et des comportements sécuritaires dans la conduite automobile dans un contexte connu par l’OMS comme étant très accidentogène. Il s’agit des prières, de la récitation du coran, des ablutions, du désenvoûtement, des pratiques religieuses de protection contre les malheurs, des pensées positives, de l’évocation du succès pour soi et de l’évocation de la confiance en soi. Les résultats de cette étude sont en cours de publication.

Approche cognitivo-émotionnelle du harcèlement entre pairs
Membre de l’axe impliqué :  Violaine Kubiszewski
Partenaires :
Laboratoire de Psychologie des Pays de la Loire (EA 4638) ; Université d’Angers ; Laboratoire Cognition, Santé et Socialisation (EA 6291) 
Résumé :
Ce projet se centre sur l’étude de facteurs cognitivo-comportementaux (fonctions exécutives, coping) et émotionnels (empathie, tolérance à la frustration) pour affiner la compréhension du harcèlement entre pairs. Les interactions entre les niveaux de régulation cognitive, émotionnelle et comportementale sont ainsi étudiées chez des adolescents impliqués dans ce type de violence en tant qu’agresseur, victime ou témoin. Les données collectées auprès d’élèves et de parents issus de cinq académies de France sont en cours de valorisation.

Continuité pédagogique, confinement et Covid-19 : expériences vécues, usage du numérique, interface entre sphères de vie et stress chez les personnels de l’éducation
Membre de l’axe impliqués :  Florent Lheureux, Violaine Kubiszewski
Partenaires :
Rectorat de Besançon, autres partenariats académiques en développement (en sociologie et sciences de l’éducation).
Résumé :
La crise du Covid-19 a contraint au télétravail les personnels de l’éducation à travers la « continuité pédagogique. » Une enquête longitudinale en trois temps de mesures (début avril, mi-avril, début mai) a été effectuée sur un total cumulé de près de 2000 participants de l’académie de Besançon. Réalisée selon un devis mixte, cette enquête à abordée les thèmes suivants : attitudes vis-à-vis de la continuité pédagogique, perceptions et pratiques d’usage du numérique, adéquation vie privée/vie professionnelle, stress perçu, vécu du confinement et de l’épidémie, contacts avec les élèves/familles, fracture numérique, conditions de travail, anticipation du déconfinement… Les résultats sont en cours de synthèse.

Croyances, perceptions, attitudes et comportements liés à la prévention de la contamination au Covid-19 : une étude interculturelle en population générale
Membres de l’axe impliqués : Robert Ngueutsa, Florent Lheureux, Violaine Kubiszerwski
Partenaire :
Université de Dschang au Cameroun représenté par Gustave Adolphe Messanga
Résumé
 : Le projet est une étude internationale et multiculturelle qui vise à étudier diverses croyances connues pour émerger ou être exacerbées en période de crise et la façon dont elles influencent la perception du risque de contamination au Covid-19, l’attitude et le comportement de la population générale vis-à-vis des mesures préventives recommandées. Le programme de recherche permettra de guider et de soutenir certaines politiques publiques de prévention visant à optimiser l’adoption des gestes barrières au covid-19. Le recueil des données est en cours par questionnaire en ligne.

Étude de la perception du risque radiologique et des dispositifs de leur prévention en milieu nucléaire
Membre de l’axe impliqué : Robert Ngueutsa
Partenaire :
Electricité de France (EDF), département Recherche-Développement, représenté par Geneviève Saliou, Catherine Monier, Raluca Ciobanu, Emmanuelle Arial, Laure Bourmeau
Résumé :
Cette étude répondait à un besoin de prise en compte de la perception des acteurs du nucléaire en vue de mieux adapter les actions de prévention des risques radiologiques. L’étude a été menée dans 4 centrales nucléaires de France auprès des opérateurs, managers de première et deuxième ligne (tous agents EDF et prestataires de service à EDF), sur la perception du risque radiologique et des dispositifs techniques, organisationnels, individuels et collectifs mis en place pour prévenir la contamination radiologique. L’analyse de ces perceptions a permis à l’Etat-major sécurité d’EDF d’optimiser son plan d’action de prévention des risques radiologiques dans le parc nucléaire français. Les résultats de cette étude sont en cours de valorisation.

EUROFAMET: The European family support network
Membre de l’axe impliqué : Michel Boutanquoi
Résumé 
: Financé dans le cadre du programme européen COST (European Cooperation in Science and Technology), ce réseau réunit des chercheurs et praticiens de 25 pays européens autour des questions de politiques familiales, d’intervention auprès des familles (https://eurofamnet.eu/).

L’ajustement relationnel soignant-soigné : modélisation intégrative et études empiriques de ses impacts sur la qualité de vie et comportements des patients et professionnels de santé
Membre de l’axe impliqués : Florent Lheureux, Didier Truchot, Magali Genet, Violaine Kubiszewski
Partenaires :
Psy-DREPI /EA7458, Université de Bourgogne (Alexandra Laurent, Laurent Auzoult, Baptiste Lignier), Unité de Méthodologie et de Qualité de Vie en Cancérologie – UMQVC, UMR-Inserm 1098 (Sophie Paget-Bailly)
Résumé :
Ce projet propose un modèle de l’ajustement relationnel soignant-soigné inspiré de l’approche de l’ajustement personne-environnement (person-environment fit). Il permet d’intégrer dans un même cadre de recherche de nombreuses études traitant de la relation de soin et de son impact simultané sur les patients atteints de maladies chroniques et sur les professionnels de santé. Plusieurs revues critiques de la littérature et plusieurs études empiriques ont été réalisées ou sont en cours (un article publié – Genet, Lheureux & Truchot, 2018 – et trois autres soumis ou en préparation). Financement partiel : Ligue Nationale contre le Cancer.

Les pratiques organisationnelles de prévention des RPS au travail en France
Membre de l’axe impliqué : Robert Ngueutsa
Partenaire :
Laboratoire GREPS, Université de Lyon 2, France représenté par Sabrina Rouat
Résumé :
L’étude analyse les logiques qui sous-tendent le choix par les professionnels (psychologues, préventeurs, etc.) des dispositifs dans leurs pratiques d’intervention en vue de prévenir les RPS dans les organisations. Une analyse par questionnaire des causes perçues des RPS et de la pertinence perçue des réponses mobilisées dans leur prévention fait ressortir 5 approches de prévention qui caractérisent les interventions. Notamment l’approche par le symptôme (actions personnalisées vs causes perçues individuelles), l’approche par contrainte (actions organisationnelles vs causes perçues individuelles), l’approche contrariée (actions organisationnelles vs causes perçue individuelles), l’approche préventive (actions organisationnelles vs causes perçues organisationnelles) et l’approche proactive (actions personnalisées et organisationnelles vs causes perçues individuelles ou organisationnelles). Ces résultats sont en cours de publication.

Perceived Stressors in Intensive Care Units (PS-ICU): international multicenter scale development and impact of the Covid-19 crisis
Membre de l’axe impliqué : Florent Lheureux
Partenaires :
Psy-DREPI /EA7458, Université de Bourgogne (Alexandra Laurent), CHRU de Besançon (Gilles Capellier), Unité de Méthodologie et de Qualité de Vie en Cancérologie – UMQVC, UMR-Inserm 1098 (Amélie Anota, Julie Enriques et Sophie Paget-Bailly) et quatre équipes Canadienne, Italienne, Espagnole et Française de réanimation / soins intensifs.
Résumé :
porté par Il vise à identifier les stresseurs spécifiques des services de réanimation et à élaborer une échelle de mesure valide internationalement. Les items sont issus de 166 entretiens auprès d’infirmières, médecins et internes de ces quatre nationalités. Après examen par un comité d’experts et pré-test auprès de professionnels, la validité factorielle, convergente, concurrente et la fiabilité d’une version en 50 est en cours. Cette échelle est également utilisée lors d’une étude sur les effets de la crise du Covid-19 sur les personnels de réanimation.

Régulation des émotions en milieu scolaire
Membre de l’axe impliqué : Violaine Kubiszewski
Partenaires :
Rectorat de Besançon, Maison des Sciences de l’Homme et de l’Environnement, Fédération de recherche EDUC, Laboratoire de Neurosciences Intégratives et Cliniques (EA 481)
Résumé :
Cette action menée à la MSHE vise à étudier la régulation émotionnelle des élèves en milieu scolaire. Grace à une technologie d’électroencéphalographie portative et de neurofeedback, il s’agit de mieux comprendre comment cette capacité évolue au cours du développement et les facteurs susceptibles de l’influencer. Pour plus d’informations : https://mshe.univ-fcomte.fr/poles-de-recherche/comportements-risques-sante/axe-2-mecanismes-de-la-prise-de-decision-et-du-changement/930-regulation-des-emotions-en-milieu-scolaire

Soutien aux apprentissages et aux comportements pro-sociaux en milieu scolaire
Membres de l’axe impliqués : Violaine Kubiszewski, Florent Lheureux, Yoann Barthod-Malat, Post-doctorant en cours de recrutement
Quelques partenaires et financeurs :
Rectorat de Besançon, PBS-Europe network, Région Bourgogne Franche-Comté, MGEN, Fédération de recherche EDUC, Institut national supérieur du professorat et de l’éducation de Franche-Comté, Conseil des écoles publiques de l’Est de l’Ontario…
Résumé :
De nombreux travaux internationaux suggèrent que l’approche systémique du School-wide Positive Behavior Support (SW-PBS) a des effets encourageants sur le climat scolaire, les trajectoires des élèves et le vécu professionnel des personnels. Cependant, la mise en œuvre fidèle d’un dispositif innovant dans un nouveau contexte ne va pas de soi et des écarts peuvent être constatés entre les perspectives pratiques dégagées des modèles théoriques et leur application opérationnelle sur des terrains variés. Ce projet implique le déploiement exploratoire du SW-PBS dans des établissements scolaires de l’académie de Besançon. Il permet d’examiner sa mise en œuvre dans le contexte éducatif français et de questionner ses effets. Des comparaisons internationales et culturelles des données obtenues sont également envisagées.

TEMPO : Travail, Emploi, Motivation, santé Psychologique et Orientation
Membre de l’axe impliqués : Florent Lheureux, Clément Parmentier, Marie Andela
Partenaires :
10 chercheurs pluridisciplinaires en France et en Belgique (Université Catholique de Louvain, Université Paris Saclay, Université Paris-Est Créteil, Aix-Marseille Université, Université de Bourgogne)
Résumé :
Ce projet examine l’impact des perceptions que les employés et demandeurs d’emploi ont de leur situation actuelle (ex. ajustement perçu à l’environnement de travail, soutien organisationnel perçu, identification organisationnelle, attitudes, sentiment d’auto-efficacité) sur leur motivation (au travail ou à rechercher un emploi) et leur santé psychologique (épuisement, engagement, symptômes anxio-dépressifs). Il implique plusieurs volets par enquête sur un échantillon représentatif de la population française, via le panel ELIPSS (financé par un EQUIPEX sous l’égide de SciencesPo et de l’INED).

Vulnérabilité, participation en protection de l’enfance
Membres de l’axe impliqués : M. Boutanquoi, M. Bournel-Bosson, D. Ansel, A. Mainpin, D. Salmi
Résumé et partenariat :
Les professionnel.le.s en protection de l’enfance sont amené.e.s à faire évoluer leurs pratiques avec les familles vers plus de participation de celles-ci aux décisions les concernant, concernant leurs enfants en se centrant sur les besoins de ces derniers. Ceci implique des évolutions de la professionnalité. Dans le cadre d’une démarche de recherche participative, nous explorons ensemble (chercheurs, professionnels, familles) les pratiques, les représentations qui leur sont liées, pour dégager des nouvelles perspectives d’action. Cette recherche est menée en parallèle à des recherches similaires conduites au sein du Girefv (voir ci-dessous). Elle bénéficie d’un financement région et d’un contrat doctoral. Mots-clés : pratique, professionnalité, participation, changement.

Vulnérabilités et pratiques associées aux enfants et aux familles dans le champ de la protection de l’enfance : développement du GIREFV
Membres de l’axe impliqués : Michel Boutanquoi, Dominique Ansel, Aurore Mainpin
Résumé et partenaires :
Il s’agit d’une action inscrite dans le cadre de la MSHE qui s’appuie sur la constitution d’un réseau de chercheurs (Groupe International de Recherche Enfance Famille et Vulnérabilité) qui réunit 6 équipes (Trois-Rivières, Padoue, Lleida, Prague, Paris-Nanterre et Besançon). Elle vise le développement des connaissances sur la vulnérabilité des enfants et des familles dans le champ de la protection de l’enfance, à analyser l’évolution des regards (représentations) et des pratiques (entre logiques normatives et logique du care et de l’empowerment) à l’égard des familles en situation de vulnérabilité, à travailler sur des logiques participatives et leur modélisation. (Financement ANR, Région).